Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Interview de Justice par Pitchfork ::

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> ARCHIVES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jgm
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2007
Messages: 1 797
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 11 Aoû - 21:22 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

Une longue interview (en anglais), agrémentée de jolies photos, vient d'être publiée sur le site Pitchfork. La voici en VO, en attendant ma traduction :



Mon: 08-11-08
Interview: Justice
Interview by Nilina Mason-Campbell
Photos by Nilina Mason-Campbell

A little more than a year after the release of their debut album †, Justice are still riding strong, coasting less on a wave of hype and more on the success they've continued to build in the four years since the initial release of "We Are Your Friends", their remix of Simian's "Never Be Alone". Then-graphic designers, Justice lost a college remix competition with the track, but an introduction to Pedro Winter at a dinner party led to the remix's eventual release and their joining both Winter's management roster alongside Daft Punk and his label, Ed Banger.

The robots have recently parted ways with Winter, leaving Justice as his marquee act. The Parisian duo can now pick and choose their projects, recently turning down a Madonna tour support slot (taken up by Robyn) as well as numerous remix requests. In a backstage basement, Gaspard Auge and Xavier de Rosnay sit with constantly lit cigarettes while discussing their own companionship, the nature of hype-- its ability to be as uplifting as it is detrimental-- the French music scene, and Daft Punk comparisons. We also get insight into why they no longer do remixes, whether or not the promise-ring wearing Disney stars Jonas Brothers could mark Justice's own return to the medium and de Rosnay's penchant for painting portraits of Scientology-following celebrities.

Pitchfork: This year your U.S. tour was much bigger than the previous one-- you even were booked into Madison Square Garden at one point, before downshifting to the WaMu Theater. How did that come about?

Xavier de Rosnay: It was a bit of a mistake. When we were about to book the New York show, we had a proposal that was to play three shows in a venue that can hold 3,000 people or one time [for all 9,000]. Madison Square Garden's small capacity is 9,000, so we were like, "Okay-- let's go straight to Madison Square Garden," because it sounds really cool to French ears. But nobody told us that the ticket price was, like, four times more expensive than in any of the other venues in New York!

When the tickets were on sale we noticed they weren't selling. The first thing we asked is, "Okay what [is] the price [of the] ticket?" It was like $65 and we were like, "Oh shit! Why did we book that with tickets at that price?" We have two concerns when we play a concert: to have enough money to make the whole production and the best show possible, which is not always possible, and that the ticket price to be affordable for kids, because when I was, like, 17 or 18 years old, I would never have spent $65, even to see the Rolling Stones or whatever. And God knows we are not the Rolling Stones.

Pitchfork: How long have you been DJing?

X: Maybe three years.

Pitchfork: Is it always by CDJs? Or do you do vinyl?

X: No-- [when] we started we used to play only vinyl, but then we lost so many [records] in planes. Especially in Europe-- you are not allowed to travel with more than one [item of] hand luggage, so we had to check them in and then you get them battered or you lose them or whatever, so we just switched.

Pitchfork: What were some of the records you lost?

X: We were spinning a lot of Chicago house and this was the type of thing we lost. They did not have big value, but it's bad when you have to play a party and you don't have records.

Pitchfork: When you are traveling on these endless tours, do you get to see any of the cities?

Gaspard Auge: No. When we are back home everybody's asking us, "How was Australia?" because it's very exotic for everyone in France. We were just like, "It was cool." We don't have much to say.

Pitchfork: Do you compose music while you're out and about?

X: No. We are not hurried. We're not musicians by nature. We need to have good ideas and then write songs that can fit into ideas we have. We never do demos [or] pre-versions or whatever.

Pitchfork: When you're composing, do you still use GarageBand?

X: Not for the composing, but the production. It's amazing. A lot of people think it's bullshit when we say we use GarageBand, but it's actually an amazing tool.

Pitchfork: Coming from a graphic design background, is it bizarre that music has become such a presence in your life now?

X: We didn't have time to wonder if it was bizarre or not, we just noticed one day that we were not graphic designers anymore-- we were making music. When we think about this, we're just saying, "Wow-- it's weird," but it's cool. It's almost the same job.

Pitchfork: Really? How so?

X: Just because, you know, when you do graphic design, you are not drawing. It doesn't require so much skill and you don't have to know how to paint or how to draw. New technologies are here for that. As long as you have clear, simple ideas you can do whatever you want.

And what we do on Justice is a bit of music, but mainly it's just A&R. We are just A&Ring the project of Justice. It's almost like a boy band you know? It's all about making the right decisions at the right moment. I don't mean that we are making music in a cynical way-- we love music, and [our] music is made with a lot of sincerity-- but I guess music is more about making decisions than having skills. We are not great musicians. We are not great producers. We are not great songwriters. We are just nothing, but we have clear ideas of what we want to do, and even more what we don't want to do.



Pitchfork: Speaking of boy bands, do you know the Jonas Brothers?

X: Who?

Pitchfork: Jonas Brothers. These three wholesome brothers who sing pop songs-- they're huge. They have a show on the Disney Channel, sold-out tours of stadiums, and they had you guys listed among their top friends on MySpace. Maybe they'll ask you for a remix?

X: Yeah-- nice.

GA: It'd be fun.

Pitchfork: What are some of the things you don't want to do? Is it more in relation to your sound or your image?

GA: Both.

X: It's a bit of everything. There are things we don't want to do harmony-wise, style-wise, production-wise. It's hard to put words on that, but yeah we have exactly the same idea of where we want to go.

Pitchfork: Where do you want to go? Because you said "project"-- do you see Justice as a project more than a band?

X: It's definitely a band, but it's a whole project. Making music is not just about making music. Since you are pressing records with a cover or making videos or performing-- it's the whole that you have to think about. So yeah, it's a project and in this project music is the main thing.

Pitchfork: What is next in terms of music-- writing or doing production for other artists?

GA: Maybe production for other people. We don't know yet because we are just waiting for a good collaboration.

Pitchfork: After the "We Are Your Friends" remix, you wanted to get away from that sound-- not reproduce it. The sound you have now-- is this here to stay or do you want to shift again?

GA: We don't have enough clear ideas of what would be the new Justice sound, but we are just...I think it would be the same balance between some very romantic and pop stuff and some more other stuff.

X: Progressive stuff.

Pitchfork: But you do want to kind of adopt a little of a new sound, keep shifting?

X: I don't know. Our album took one year to produce, and if we had taken two more months it wouldn't have [had] the same sound. If it had been released two months [earlier], it would have sound[ed] crap. We are at the beginning of knowledge about production and music-making-- it's changing every two months. Now we start to have some ideas of what we want to do and how it should sound, but I'm sure when we work on it for real, everything is going to change.

Pitchfork: We've heard different things, but are you guys doing remixes or not?

X: No-- we don't do remixes anymore.

Pitchfork: Why not?

X: We are no longer excited by remixes apart from [for] friends. We did three after the album-- two were for friends: Klaxons and Tiga. And we did one for Justin Timberlake, because we just listened to the song and we had an idea really quickly. So we just said, "Okay, we're just going to need one afternoon to do it," and we did it. But no-- if we do more remixes, it's going to be for sure for friends. We are turning down every request now.

Pitchfork: Did you just see them being a tool to get your name out there?

X: It was really exciting for us. Not to make a name, but just to see our names on records of people we like. Our motivation was to get a Britney Spears record with "Justice" written on it. That's it. We've never tried to make efficient remixes or clever remixes. We never tried to make them radio friendly or DJ friendly, we just wanted to have our name written on these records.

It was also a good way for us to learn to how to use a computer.

Pitchfork: What's your relationship with the Teenagers?

X: They're friends of ours. We've known them [since] before they started the Teenagers.

They're really nice guys, and really smart. I think, and we hope, they're going to be big. So we cross our fingers. They have enough good ideas and hooks to make a great indie success. To be honest, this is not exactly the music we like to listen to, but the lyrics are always fun for us. They have a good sense of what is efficient and fun and smart, but not too smart you know?

GA: Good sense of rhyming. Like "you" and "you."

Pitchfork: I was talking to Michael Szpiner of the Teenagers earlier this year and he was saying how he thought you opened the door for French artists. What do you think about that statement?

X: If he means it and if it's true, it's cool, but we can't come and say like, "Yeah-- we opened the doors for all you French frogs." No. I hope in a way we are opening doors for our friends, even though I'm sure they're talented enough not to need us. There are so many French rock bands that deserve to have an audience, but nobody cares about French rock'n'roll. Nobody is curious anymore to see them or to listen to their music, so we bring them with us just to force people to listen to them and to watch them.

Pitchfork: You mentioned lyrics with the Teenagers-- are lyrics important to you-- with your songs or songs that you listen to?

X: Yeah, definitely. They're not important in terms of narration-- storytelling [can] be a bit boring in songs-- but it's important and it's a cool exercise. To have so many difficulties to write the lyrics for "D.A.N.C.E."-- we were just trying to find something not too serious and not too narrative, because it's boring or cheesy. Something a bit more than "Shake your body to the ground" or "Can you feel the vibe?" or "Do you feel the funk?"

Important lyrics are the same as music-- hooks that are smart enough to have two degrees of interpretation, but not too intelligent because if it's too intelligent, nobody gets them and it's just annoying. It's the same in music. You have to make music that can touch you in the first degree because it makes you happy, sad, in love, or want to fight or whatever. And the second degree that goes a bit further than this. This is what we like with lyrics.

The best lyrics are a pop song that everybody sings without knowing really what they're singing, because they're singing bullshit. It's fun. In France it's a bit special because nobody gets the English lyrics. I remember there was some moment-- you remember the track where the lyrics are like-- "I'm horny, I'm horny, so horny?" [Mousse T. vs. Hot'n'Juicy's "Horny"-- Ed.] And everybody in clubs was singing that-- all the girls, but they were just not getting what it was meaning. They were just like, "I'm horny."

GA: Or "Short Dick Man."

X: For "D.A.N.C.E.", we put some undercover jokes in the lyrics and it's good because people are taking them really in the first degree and [there] are, like, two or three twisted jokes in it. It's kind of funny.



Pitchfork: Do you feel at all like you're still the new thing, or do you feel seasoned now that you kind of have ridden over the hype and you're still going?

X: No-- we're already old-fashioned now, but it's cool. I mean hype is really important when you're about to release a record, [but] once the record is released and it's working, you have to escape the hype as fast as possible. It's the same thing that kills you, like, six months later, because you are not hype any more, you are old-fashioned. So we're happy not to be trendy. In France and the UK we are not trendy anymore; that's cool because we are just part of the pop landscape.

When this fashion of French electronic music will be over in these countries, we'll have some new things to offer. We were just afraid to be seen as one-trick ponies and then to die [with] this strain of music. It's not done in the U.S. because we are new in the U.S., but I hope once people get it, we will escape it as soon as possible, because it's a big danger.

Pitchfork: How do you think you've escaped the hype in the UK and France?

X: Magic and chance and luck. Since the beginning, we have been free in what we do: That first single was "We Are Your Friends", then the second one was totally different-- "Waters of Nazareth"-- it was just noise and stuff. Then the third one was again totally different-- that was "D.A.N.C.E." Since then, people have not expected something special from us because they know we do something different every time. If we did three times the same single, they would always expect the same thing, and the day you decide to switch to something else, they're disappointed and go to listen to something fresher.

Pitchfork: When you were releasing those singles, did you feel any pressure or expectations?

X: No, because we never [made] music on people's expectations. When we chose "D.A.N.C.E." to be the first single, we just wanted to warn people that the album won't just be cut-up and noise-- that it would be two extremes from "Waters of Nazareth" to "D.A.N.C.E." We were really afraid because the reaction around us [to] "DA.N.C.E." was really so-so. We let our friends from Ed Banger listen to it and they were a bit like [grimace].

GA: They were not convinced it would work. It wasn't an obvious single. Very risky.

X: As Gaspard said, it was just to tell people that the album would be something other than what people know already, but, I mean, it was the same when we put out "Waters of Nazareth", that noisy track. Everybody around us, including our friends, thought it was bad.

Now in 2008, "Waters of Nazareth" sounds normal because since then there have been thousands of records sounding a bit the same. But in 2004, or 2005-- I don't remember when we did it-- when we were playing it in clubs, people were trying to fix the mixers because they thought there were problems. Now it sounds just like normal music.

I think we are lucky to be surrounded by Busy P aka Pedro Winter-- that's our manager and the head of Ed Banger Records-- and So Me, our graphic designer and director. They've been the only two that were always like, "It sounds weird, but it's going to be cool. Trust us." And we were like, "Are you sure? Are you sure?" and they were like, "Yeah-- it's going to be cool. You'll see. Trust me." And they were right. It's cool to have people like this with you because when you don't have enough distance to see, to understand what you did, they are here to say it's cool or it's bad, because sometimes we make stuff and it's shit and [they say] "Don't use it," and most of the time they are right. These are the only two persons we trust.

Pitchfork: "Waters of Nazareth" and "D.A.N.C.E." were remixed by so many people. Do you ever listen to remixes of yourselves?

X: Yeah, we do.

Pitchfork: What are your favorites?

X: For "D.A.N.C.E." it was Wale. He's a rapper from Washington, D.C., and he did the best thing that happened to this track. We are sure that if he would release it, it would be a hundred times bigger than our song and we are just pushing him to release it. I hope he's going to release it one day. We love this song because for us it sounds like Will Smith, you know? Like, when we got this song we loaded the Will Smith video on YouTube [for] "Getting Jiggy With It". We are just putting that track on top of the video. It's perfect. It's like a hit, you know? We were dancing behind our table looking at the video. It's really cool. He's a good rapper.

For "Waters"...I don't know. I will say Erol Alkan. We asked him to make this remix. Like, 99% of the remixes are not good, but it's because some people were making remixes just with the whole song, and to make a remix you have to have the a cappella or the drums or the bass, and they didn't have the material to do it properly, so it's kind of normal that they can't do amazing remixes.



Pitchfork: So what do you guys do in your spare time? Are you talking with friends back in France or reading or listening to music?

X: I do paintings of celebrities' portraits. Oil painting.

Pitchfork: Is it done exact likeness or is it your interpretation?

X: I'm trying to do fan-art, but with painting. So I try to do something that looks like the guy, but is, like, an awful painting, but that looks exactly like the guy. I just make it look real, but really bad. So I use really bad colors. It's really hard to get enough distance to make something that looks so bad it's fun.

We like fan-art when it's like good, but not too good you know? When it looks a bit bad, this is the best. For example, when people draw Gaspard or me, I like when you can see [whether] it's Gaspard or me, but when it's not really Gaspard or me it looks a bit awkward. This is what really touches us. Yeah - it's so cool. This is what we love most: Fan-art and homemade, bootleg t-shirts.

Pitchfork: So who are some of the people who you've painted so far?

X: The last one was John Travolta. My girlfriend is really good. She painted Tom Cruise. It's amazing.

Pitchfork: Both Scientologists!

X: Yeah-- it's true. Next one will be Isaac Hayes.

Pitchfork: How long does it take you to do one?

X: You have to be patient, so that it looks really painful. When it looks easy, it looks good, so it has to look a bit [like] it was hard to make it, so it looks really awkward and stuff. One painting-- John Travolta-- took me six hours on two weekends. Three hours and then three hours.

Pitchfork: In terms of the Justice big picture, what are things that you guys are looking forward to in the future?

GA: Not much, because the album's been really over our expectations.

X: We saw ourselves having a big graphic design office and making our stuff, and then everything changed so fast. We know you shouldn't picture what you're gonna do or what you're gonna be, even in two months. Like, now we know we're going to tour until November, but then we just absolutely don't know what we're going to do.

I hope we're going to make new music, but maybe we're going to make paintings because we're going to like more to paint than to make music. I don't know. I think we're going to make music, but it's impossible to make sure [of] that.

Pitchfork: Granted So Me is your friend and everything, and he handles the Ed Banger art, but was it weird at all, being graphic designers to have your image portrayed by somebody else? Did you ever have the desire to do it all yourselves?

X: Since the beginning we['ve] know[n] that we don't want to do it ourselves, just because we like the idea of everyone having his specialty-- the team idea. He's our closest friend and he knows us really well, so he could do what we have in mind but better, because he has the distance to make something that goes beyond what we have in our heads. That's the perfect situation.

Pitchfork: How often do you argue? Are you typically at ease most of the time?

GA: Yeah. The only time we argue is because we are a bit tired, or just for stupid things.

X: On stage we argue a lot, but then when it's over, it's over.

Pitchfork: What are you arguing about onstage?

X: About like, "Fuck you! We're gonna have to change in eight bars." And then he's saying like, "Fuck you-- no it's in like 16 bars. Don't you see they like it?" "No-- fuck you, we have to change."

Or like, "Fuck you! You're doing bullshit with the vocals." And then "Fuck you, you are doing this." Or "Why is [this] not working? It's your fault!" Stuff like that.

Pitchfork: What are your thoughts about Simian Mobile Disco? SMD existed, but they aren't anywhere near the level they were when you first did the Simian remix.

X: When we did the remix of Simian, we were even less than Simian Mobile Disco. So they were definitely here before us and big before us, but I don't know-- are we big and is Simian big? I'm not sure. Still really indie.

Pitchfork: Your albums came out at the same time.

X: The same day.

GA: Yeah.

Pitchfork: It was four years between the remix and album-- did you ever anticipate-- "Oh, we're still going to be running alongside them"?

X: No. It's weird. It was almost a joke. We are good friends with James [Ford] and Jas [Shaw] of Simian Mobile Disco. It was kind of a running gag between us, like, when we were playing the same parties, because at some point promoters were happy to have Simian and Justice at the same party. Then one day we just noticed that our albums were to be released on the same day. It was not anticipated at all, but it's true that it sounds like a big plan or whatever, but it was just pure chance.

Pitchfork: Do you feel you get Daft Punk comparisons? Obviously, your names-- I've seen them connected in the press and you shared a manager. But do you feel like there are comparisons?

X: No, it's fun because if you want to build parallels into things, you can find a parallel, but you should try more to bring a parallel between their robots and our natural appearance. That's the first non-parallel-- we have absolutely the inverse way of representing ourselves on media. For a long time they rejected all the mainstream stuff and TV or radio and we do the inverse. Music-wise I think it's different, because we tend to forget it, but Daft Punk are club-oriented music and we are not. There are so many differences. I think it's easier to talk about the relevant comparisons-- we are a French duo, we share the same manager, and I hope we are both making electronic music that goes out of the clubs and touches people who are not into electronic music. All the rest is like, "Yeah, we are wearing black jackets. He has curly hair like Thomas [Bangalter]." [Those] are nonsense comparisons.

Pitchfork: Do you feel people try to make comparisons with you and other dance musicians in general?

X: Yeah, but it's normal. I mean, we can't blame the journalists, because their first mission is to introduce new things to people. Daft Punk is the easiest thing to compare Justice to. Even us, when we are trying to introduce new music to some friends of ours or when journalists ask us, "What do you listen to at the moment?" We say, like, "Midnight Juggernauts." They say "What is it?" and we say, "Yeah-- it's a kind of blend between David Bowie and Alan Braxe." We do the same type of comparisons and I'm sure Midnight Juggernauts would tell you, "No-- this has nothing to do with David Bowie and Alax Braxe," but this [is] just a simple way to introduce new stuff. I would do the same if I was a journalist.

Pitchfork: You said you're not reading stuff about you now, is backlash really something that affects you? Are you aware of it?

X: Backlash? Yeah we are aware, but since the beginning, even before it happened--

Pitchfork: Were you bracing yourselves for it?

X: Yeah. We knew that we were really a trendy band in Paris right at the beginning, because of Pedro [Winter]-- he is considered by many as the trendy man of Paris. We knew that we were exposed to this, so we just try to use this trend and this hype to build ourselves and spread the word. We also knew that the first one who loved us will be the first one who hates us after. People like to destroy what they build up.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Aoû - 21:22 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jgm
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2007
Messages: 1 797
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 19:10 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

Voilà ma traduction pour les non-anglophones. Pour ceux qui en plus ont la flemme de tout lire, on y apprend en vrac qu'ils ne vont plus faire de remixes, sauf sur demande express d'amis, qu'ils continuent à utiliser GarageBand pour produire, que pour eux le meilleur remix de D.A.N.C.E. est la version par Wale, rappeur américain (en écoute sur son MySpace : WALEDANCE), que Xavier a une petite amie avec qui il peint des portraits de célébrités...

Un peu plus d’un an après la sortie de leur premier album †, les Justice continuent à marcher fort, profitant moins de la hype et plus du succès qu’ils ont construit de manière continue depuis quatre ans et la sortie de We Are Your Friends, leur remix de Never Be Alone des Simian. A l’époque graphistes, les Justice perdent un concours de remix avec ce morceau, mais après leur rencontre avec Pedro Winter durant un dîner, le remix est finalement produit et ils rejoignent à la fois le tableau de chasse des artistes managés par Pedro aux côtés des Daft Punk et son label Ed Banger.
Les robots ont récemment quitté Pedro, laissant à Justice leur place de groupe principal. Le duo parisien peut désormais choisir leurs projets, ils ont ainsi dernièrement décliné la première partie de la tournée de Madonna (prise par Robyn) et de nombreuses demandes de remixes. Dans un sous-sol en backstage, Gaspard Auge et Xavier de Rosnay, assis avec en permanence une cigarette allumée, discutent de leur relation, de la nature de la hype – ses aspects motivants et ses inconvénients – de la scène musicale française, et des comparaisons aux Daft Punk. Nous avons également un aperçu de la raison pour laquelle ils ne font plus de remixes et si les stars liées à Disney, les Jonas Brothers, pourraient les y faire revenir, et du penchant de Xavier à peindre des portraits de célébrités scientologistes.


Pitchfork : Cette année, votre tournée américaine était beaucoup plus importante que la précédente – vous étiez même annoncés au Madison Square Garden à un moment, avant de devoir vous limiter au WaMu Theater. Comment cela s’est-il passé ?
Xavier de Rosnay : C’était un peu une erreur. Au moment de choisir notre salle pour le concert de New York, on nous a proposé soit de jouer trois fois dans une salle pouvant accueillir 3 000 personnes, soit de jouer une seule fois pour 9 000 personnes. La capacité réduite du Madison Square Garden est de 9 000 personnes, donc on s’est dit « OK, allons-y pour le Madison Square Garden », parce que ça sonne bien pour des Français. Mais personne ne nous a dit que le prix des billets y était quatre fois supérieur que dans n’importe quelle autre salle de New York !
Quand les billets ont été mis en vente, on a remarqué qu’ils ne se vendaient pas. La première chose qu’on a demandé a été « OK, quel est le prix des billets ? » C’était quelque chose comme 65$, et on s’est dit « Oh merde ! Pourquoi on a choisi cette salle vu le prix des billets ? » Nous avons deux préoccupations quand nous donnons un concert : avoir suffisamment d’argent pour pouvoir faire le meilleur show possible, ce qui n’est pas toujours possible, et que le prix des billets soit abordable pour les gamins, parce que quand j’avais 17-18 ans, je n’aurai jamais dépensé 65$, même pour aller voir les Rolling Stones ou n’importe quoi. Et Dieu sait que nous ne sommes pas les Rolling Stones.

P : Depuis combien de temps mixez-vous ?
X : A peu près 3 ans.

P : Toujours sur CDJs ? Ou est ce que vous mixez également avec des vinyls ?
X : Non, quand on a commencé, on ne jouait que des vinyls, mais nous avons perdu tellement de disques lors des trajets en avion. Particulièrement en Europe, où il n’est pas autorisé d’avoir plus d’un bagage à main, donc il fallait les faire passer en soute, et ils finissaient cassés ou perdus, donc on a changé pour les CDs.

P : Quels disques avez-vous perdus ?
X : On jouait beaucoup de Chicago house et c’est ce genre de disque qu’on a perdu. Ils n’avaient pas beaucoup de valeur, mais ça la fout mal quand tu dois jouer à une soirée et que tu n’as plus de disques.

P : Quand vous voyagez lors de ces tournées sans fin, est ce que vous en profitez pour faire du tourisme ?
Gaspard Auge : Non. Quand on revient à la maison, tout le monde nous demande « alors c’était comment l’Australie ? » parce que c’est très exotique pour tout le monde en France. Et on peut juste dire « c’était cool », on a pas grand-chose à raconter.

P : Est-ce que vous composez pendant vos tournées ?
X : Non, on n’est pas pressés. On est pas des musiciens-nés. On a besoin d’avoir de bonnes idées, puis d’écrire des chansons qui peuvent correspondre avec nos idées. On ne fait jamais de démos, de pré-versions ou quoi que ce soit.

P : Quand vous composez, utilisez-vous toujours GarageBand ?
X : Par pour composer, mais pour produire. C’est formidable. Beaucoup de gens pensent que c’est de la merde, mais en fait c’est un excellent outil.

P : Venant du milieu du graphisme, n’est-il pas étonnant que la musique ait pris une telle place dans votre vie ?
X : Nous n’avons pas eu le temps de nous demander si c’était étrange ou pas, nous avons juste remarqué un jour que nous n’étions plus des graphistes, mais que nous faisions de la musique. Quand on y pense, on se dit seulement « wow, c’est bizarre » mais c’est cool, c’est presque le même travail.

P : Vraiment ? Comment cela ?
X : C’est juste que quand tu es graphiste, tu ne dessines pas. Il n’y a pas besoin de beaucoup de talent, ni de savoir peindre ou dessiner. Les nouvelles technologies sont là pour ça. Tant que tu as des idées claires et simples, tu peux faire tout ce que tu veux.
Et ce que l’on fait avec Justice c’est juste un petit peu de musique, mais on fait surtout un boulot d’agent pour promouvoir le projet Justice. C’est presque comme un boy’s band. Il faut juste arriver à prendre les bonnes décisions au bon moment. Je ne veux pas dire qu’on fait de la musique de manière cynique – on adore la musique et la notre est faite avec beaucoup de sincérité – mais je pense que le monde de la musique est plus basé sur la capacité à prendre des décisions qu’au talent. Nous ne sommes pas de grands musiciens, ni de grands producteurs, ni de grands compositeurs, nous ne sommes rien ; mais nous avons des idées claires de ce que nous voulons faire, et encore plus de ce que nous ne voulons pas faire.

P : En parlant de boy’s band, connaissez-vous les Frères Jonas ?
X : Qui ça ?

P : Les Frères Jonas. Ce sont trois frères qui écrivent des chansons pop – ils sont énormes. Ils ont une émission sur Disney Channel, font des tournées dans des stades à guichets fermés et ils vous avaient dans leur top amis sur MySpace. Peut être vont-ils vous demander de les remixer ?
X : Ouais, cool.
G : ça serait marrant.

P : Quelles sont les choses que vous ne voulez pas faire ? Est-ce plus en lien avec votre musique ou votre image ?
G : Les deux.
X : C’est un petit peu de tout. Il y a des choses que l’on ne veut pas faire en terme de style, de production… C’est dur de mettre des mots dessus, mais nous avons exactement la même idée d’où nous voulons aller.

P : Où voulez vous aller ? Vous utilisez le mot ‘projet’ – est-ce que vous voyez plus Justice comme un projet que comme un groupe ?
X : C’est un groupe, bien sûr ; mais c’est aussi un projet à part entière. Faire de la musique ne se résume pas à faire de la musique, vu que tu sors des disques avec une pochette, que tu fais des clips, ou que tu joues en live, il faut penser cela comme un tout. Donc c’est un projet et au sein de ce projet la musique occupe la place principale.

P : Quelle est la prochaine étape au niveau musical : écrire, ou produire pour d’autres artistes ?
G : Peut être produire pour d’autres personnes. Nous ne savons pas encore, on attend une bonne proposition de collaboration.

P : Après le remix de « We Are Your Friend », vous vouliez quitter ce son, ne pas le reproduire à outrance. Le son que vous avez maintenant, allez vous le conserver, ou voulez vous changer à nouveau ?
G : Nous n’avons pas les idées assez claires sur ce que nous voulons pour le nouveau son de Justice, mais nous… je pense qu’il y aura encore le même équilibre entre trucs très romantiques et pop et d’autres trucs.
X : De la progressive.

P : Mais vous avez envie d’adopter une partie de sons nouveaux, de continuer à vous renouveler ?
X : Je ne sais pas. Notre album nous a pris une année à produire, et si nous avions pris deux mois de plus il n’aurait pas eu les mêmes sonorités. Si on l’avait sorti deux mois plus tôt, ça aurait de la merde. Nous commençons tout juste à apprendre la production et la manière de faire de la musique, qui change tous les deux mois. On commence à avoir quelques idées sur ce que nous voulons faire et ce à quoi nous voudrions que ça ressemble, mais je suis sûr que quand on se mettra au travail pour de bon, tout va changer.

P : Nous avons entendu plusieurs échos à ce sujet : est-ce que vous continuez à faire des remixes ?
X : Non, nous ne faisons plus de remixes.

P : Pourquoi pas ?
X : Nous ne somme plus intéressé par les remixes, sauf quand c’est pour des amis. Nous en avons fait trois depuis l’album : deux étaient pour des amis (Klaxons et Tiga), un autre pour Justin Timberlake, car en écoutant la chanson nous avons eu une idée très vite. Donc on s’est dit « OK, on a juste besoin d’une après-midi pour le faire » et on l’a fait. Mais non, si l’on fait de nouveaux remixes, ça sera sûrement pour des amis. Nous déclinons toutes les demandes en ce moment.

P : Etait-ce juste pour vous un moyen de vous faire connaitre ?
X : C’était vraiment excitant pour nous. Pas de devenir connus, mais juste de voir nos noms sur le disque d’un artiste que l’on aime. Notre motivation était d’arriver à un disque de Britney Spears avec Justice marqué dessus, c’est tout. On n’a jamais essayé de faire des remixes efficaces, intelligents, adaptés à un passage en radio ou en club, nous voulions juste avoir nos noms écrits sur ces disques.
C’était également un bon moyen pour nous d’apprendre à utiliser un ordinateur.

P : Quelle est votre relation avec The Teenagers ?
X : Ce sont des amis, on les connaissait déjà avant qu’ils fondent The Teenagers.
Ce sont vraiment des mecs cools, et très intelligents. Je pense, et on espère, qu’ils vont avoir beaucoup de succès. On croise les doigts. Ils ont assez de bonnes idées pour devenir un gros succès indie. Pour être honnête, ce n’est pas vraiment le genre de musique que l’on aime écouter, mais on trouve toujours les paroles marrantes. Ils ont du nez pour trouver ce qui est efficace, marrant et intelligent, enfin pas trop intelligent non plus.
G : Bon sens des rimes, comme ‘you’ avec ‘you’.

P : Je parlais avec Michael Szpiner des Teenagers plus tôt cette année et il disait que vous aviez ouvert la porte aux artistes français. Que pensez-vous de cela ?
X : S’il le pense et que c’est vrai, c’est cool, mais on ne peut pas se ramener et dire « ouais, c’est nous qui vous avons ouvert la porte à tous ». J’espère que d’une certaine manière on ouvre des portes pour nos amis, même s’ils ont bien assez de talent pour ne pas avoir besoin de nous. Il y a tant de groupes de rock français qui méritent un public, mais personne ne s’intéresse au rock’n’roll français. Plus personne n’est assez curieux pour aller les voir ou pour écouter leur musique, donc on les amène avec nous juste pour obliger les gens à les écouter et les regarder.

P : Vous avez mentionné les paroles des Teenagers, les paroles sont-elles importantes pour vous, dans vos chansons ou celles que vous écoutez ?
X : Oui c’est sûr. Elles ne sont pas importantes en termes de narration, raconter une histoire dans une chanson peut être un peu ennuyant, mais elles ont un grand rôle et sont un exercice intéressant. On a eu beaucoup de difficultés pour écrire les paroles de D.A.N.C.E., on essayait de trouver quelque chose de ni trop sérieux, ni trop narratif, parce que c’est vite ennuyeux ou ringard. Quelque chose d’un peu au-dessus ‘shake your body to the ground’, ‘can you feel the vibe’, ou ‘do you feel the vibe’.
L’importance des paroles revient au même que pour la musique : des trucs accrocheurs qui sont suffisamment futés pour avoir deux degrés d’interprétation, mais pas trop non plus sinon personne ne comprend et c’est juste chiant. C’est la même chose avec la musique, il faut faire de la musique qui touche les gens au premier degrés, en les rendant heureux, tristes, amoureux… et qui contient un second degré un peu plus subtil que ça. C’est ce qu’on aime dans des paroles.
Les meilleures paroles sont celles d’une chanson pop que tout le monde chante sans vraiment savoir ce qu’ils chantent, parce qu’ils chantent de la merde. C’est marrant. En France, c’est un peu spécial parce que personne ne comprend les paroles en anglais. Je me rappelle il y a un moment, la chanson avec les paroles ‘I’m horny, I’m horny, so horny’ (Mousse T vs Hot’n’Juicy – Horny). Tout le monde en club chantait ça, toutes les filles, mais elles ne comprenaient pas ce que ça signifiait. Elles disaient juste ‘I’m horny’.
G : pareil avec ‘Short Dick Man’

P : Avez-vous l’impression d’être encore nouveaux, ou avez-vous l’impression d’être déjà des vétérans après avoir surfé sur la hype et y avoir survécu ?
X : Non, on est déjà démodés, mais c’est cool. La hype est très importante au moment de sortir un album, mais une fois qu’il est sorti et qu’il fonctionne, il faut s’échapper de la hype le plus vite possible. C’est ce qui risque de te tuer, six mois plus tard, parce que tu n’es plus hype, tu es démodé. Donc on est content de ne pas être à la mode. En France et au Royaume Uni, nous ne sommes plus à la mode ; c’est cool, parce que nous faisons partie du paysage musical pop.
Quand la mode de la musique électronique française sera terminée on aura de nouvelles choses à proposer. On avait surtout peur d’être vus comme un groupe one-shot et de mourir avec cette vague. Ça n’a pas encore eu lieu aux USA car nous sommes encore nouveaux là-bas, mais j’espère que quand les gens commenceront à accrocher, on arrivera à s’échapper de la hype, car elle représente un grand danger.

P : Comment pensez-vous avoir échappé à la hype au Royaume Uni et en France ?
X : Par magie, par hasard et par chance. Depuis le début, on était libre de faire ce que l’on voulait. Le premier single était ‘We Are Your Friends’, puis le second, ‘Waters of Nazareth’ était totalement différent, juste du bruit et des effets. Ensuite, le troisième était à nouveau totalement différent, c’était ‘D.A.N.C.E.’. Ainsi, les gens n’ont rien attendu de particulier de notre part, parce qu’ils savaient que l’on faisait quelque chose de différent à chaque fois. S’il on avait fait trois fois le même single, ils se seraient attendus à la même chose, et le jour où on aurait décidé de passer à autre chose, ils auraient été déçus et seraient allés écouter quelque chose de plus nouveau.

P : Quand vous avez sorti ces singles, avez-vous senti de la pression ou des attentes particulières ?
X : Non, parce qu’on a jamais fait de la musique pour répondre aux attentes des gens. Quand on a choisi D.A.N.C.E. comme premier single de l’album, on voulait juste signaler au gens que l’album ne serait pas rempli que de cuts, de distorsions et de bruit, qu’il serait entre les deux extrêmes Waters of Nazareth et D.A.N.C.E. On avait vraiment peur, parce que les réactions autour de nous sur D.A.N.C.E. étaient vraiment mitigées. On l’a fait écouté à nos amis chez EdBanger et ils étaient un peu comme ça [grimace].
G : Ils n’étaient pas convaincus que ça pourrait marcher, ce n’était pas évident comme single. Très risqué.
X : Comme Gaspard l’a dit, c’était seulement pour dire aux gens que l’album serait différent de ce que les gens connaissaient déjà de nous, mais c’était déjà pareil quand on a sorti WoN, cette track bruyante. Tout le monde autour de nous pensait qu’elle était mauvaise.
Maintenant en 2008, WoN semble normal parce que depuis sa sortie, il y a eu des milliers de disques un peu pareils. Mais en 2004 ou 2005, je ne me souviens plus quand on l’a fait, quand on le jouait en club, les gens essayaient de régler la sono parce qu’ils pensaient qu’il y avait un problème. Maintenant ça semble normal comme son.
Je pense qu’on a de la chance d’être entouré par BusyP – notre manager et directeur d’EdBanger Records – et par SoMe, notre graphiste. Ce sont les deux seuls qui ont toujours dit « c’est bizarre, mais ça va marcher, croyez-nous » Nous on disait « vous êtes sûrs, vous êtes vraiment sûrs ? » et eux « ouais, ça va marcher, vous verrez. Faites nous confiance ». Et ils avaient raison. C’est génial d’avoir des gens comme ça parce que quand tu n’a pas assez de distance pour juger ou comprendre ce que tu as fait, ils sont toujours là pour dire si c’est bon ou mauvais ; parfois on fait des trucs merdiques, et ils disent « Ne l’utilisez pas » et la plupart du temps ils ont raison. Ce sont les deux seules personnes en qui l’on a confiance.

P : WoN and D.A.N.C.E. ont été remixés par tellement de gens. Est-ce qu’il vous arrive d’écouter des remixes de vos propres productions ?
X : Oui ça nous arrive.

P : Quels sont vos préférés ?
X : Pour D.A.N.C.E., c’est Wale. C’est un rappeur de Washington, DC, et il a fait la meilleure chose qui soit arrivée à ce morceau. On est sûr que s’il le sortait, ça serait cent fois plus gros que notre morceau et on le pousse à le sortir. J’espère qu’il va finir par le faire un jour. On adore ce morceau parce qu’il nous fait penser à Will Smith. Quand on a reçu le morceau, on a mis la vidéo de ‘Getting Jiggy With It’ sur YouTube en même temps, c’était parfait. C’est un vrai tube. On dansait devant notre table en regardant la vidéo, c’est vraiment cool. C’est un bon rappeur.
Pour WoN… je ne sais pas. Je dirai Erol Alkan. On lui a demandé de faire ce remix. 99% des remixes ne sont pas bons, mais c’est parce que certaines personnes faisaient un remix du morceau entier, et pour faire un remix, il fau avoir l’a capella, les percussions ou la ligne de basse, et ils n’avaient pas de quoi le faire comme il faut, donc en fait c’est un peu normal qu’ils n’aient pas pu faire de remixes géniaux.

P : Que faites vous pendant votre temps libre ? Est-ce que vous discutez avec des amis en France, vous lisez, vous écoutez de la musique ?
X : Je peins des portraits de célébrités. Peinture à l’huile.

P : Est-ce que ce sont des portraits ressemblants, ou avec ton interprétation ?
X : J’essaye de faire du fan-art en peinture. C’est-à-dire que j’essaye de faire une peinture immonde mais qui est ressemblante. Je la fais photoréaliste mais vraiment moche. Donc j’utilise des couleurs horribles. C’est vraiment difficile d’avoir suffisamment de distance pour faire quelque chose de si moche, c’est marrant.
On aime les fan-art qui sont bien mais pas trop. Quand c’est un petit peu moche, c’est parfait. Par exemple, quand des gens dessinent Gaspard ou moi, j’aime bien quand tu peux voir si c’est Gaspard ou moi, mais quand ce n’est pas vraiment nous c’est un peu bizarre. C’est ça qui nous plaît vraiment. Oui, c’est si cool. C’est ce qu’on aime le plus : le fan-art et les T-shirts homemade customisés.

P : Qui as-tu déjà peint ?
X : Le dernier était John Travolta. Ma petite amie est vraiment douée, elle a peint Tom Cruise. C’est excellent.
P : Tous les deux des scientologistes !
X : Oui c’est vrai. Le prochain sera Isaac Hayes.

P : Combien de temps mets-tu pour faire une peinture.
X : Il faut du temps pour que ça soit vraiment horrible. Quand ça paraît facile, c’est joli, donc ça doit donner l’impression que c’était difficile à faire, pour que ça semble un peu maladroit. Une peinture, celle de John Travolta, m’a pris 6 heures en deux weekend, deux fois deux heures.

P : Concernant le projet Justice, qu’est ce que vous attendez pour le futur ?
G : Pas grand-chose, parce que l’album a vraiment dépassé nos attentes.
X : On se voyait travailler sur nos trucs dans un grand bureau de design, et tout a changé si vite. On sait qu’il ne faudrait planifier ce qu’on va faire ou devenir, même dans deux mois. En ce moment, on sait qu’on va continuer notre tournée jusqu’en novembre, mais après on ne sait absolument pas ce qu’on va faire.
J’espère qu’on va travailler sur du nouveau son, mais peut être va-t-on peindre parce qu’on préférera peindre que faire de la musique. Je ne sais pas. Je pense qu’on fera de la musique, mais c’est impossible d’en être sûr.

P : SoMe est votre ami et il gère l’image d’EdBanger, mais n’était-ce pas quand même un peu bizarre d’être graphistes et d’avoir votre identité graphique conçue par quelqu’un d’autre ? Est-ce que vous avez eu parfois envie de tout faire vous-même ?
X : Depuis le début, on savait qu’on ne voulait pas le faire nous même, parce qu’on aime l’idée que chacun ait sa spécialité, avec un travail d’équipe. C’est notre meilleur ami et il nous connaît vraiment bien, donc il peut faire ce que l’on a en tête, mais mieux que nous, parce qu’il a la distance qui permet de faire quelque chose qui dépasse ce que l’on a en tête. C’est une situation parfaite.

P : Est-ce que vous vous disputez souvent ? Est-ce que vous vous entendez bien en général ?
G : Oui. Les seules fois où on se dispute, c’est parce qu’on est un peu fatigués, ou juste pour des choses idiotes.
X : Sur scène, on se dispute beaucoup, mais quand c’est réglé c’est pour de bon.

P : Pour quelles raisons vous disputez-vous sur scène ?
X : Par exemple : « Putain ! Il faut qu’on change dans 8 mesures. » Et il répond « Putain non, plutôt dans 16 mesures, tu vois pas qu’ils kiffent ? » « Non putain, on doit changer »
Ou alors : « Putain ! Tu fais de la merde avec l’a capella » « Putain c’est toi qui fais de la merde » ou encore : « Pourquoi ça ne marche pas ? C’est de ta faute ! » Des trucs comme ça.

P : Que pensez-vous de Simian Mobile Disco ? Ils existaient, mais ils sont loin de là où ils étaient quand vous avez fait le remix de Simian.
X : Quand on a fait le remix de Simian, on était encore moins que Simian Mobile Disco. Donc ils étaient vraiment là avant nous, et connus avant nous, mais je ne suis pas sûr que ni Simian ni nous ne soient si énormes. Ça reste très indie.

P : Vos albums sont sortis en même temps.
X : Le même jour.
G : Ouais.

P : Il s’est passé 4 ans entre votre remix et votre album. Est-ce que vous vous êtes dit « Oh on va encore se les coltiner avec nous » ?
X : Non, c’est bizarre. C’était presque une blague. On est de bons amis de James Ford et Jas Shaw de Simian Mobile Disco. C’était une blague récurrente entre nous, quand on jouait lors de la même soirée ; les organisateurs étaient vraiment contents d’avoir Simian et Justice à la même soirée. Et un jour on a remarqué que nos albums devaient sortir le même jour. Ce n’était pas prévu du tout, c’est vrai que ça peut ressembler à une grosse machination, mais c’était juste du hasard.

P : Est-ce que vous pensez pouvoir être comparés aux Daft Punk. Evidemment, vos noms ont été rapprochés dans la presse et vous aviez le même manager. Mais pensez vous avoir des points communs ?
X : Non, c’est marrant parce que quand tu veux rapprocher deux choses, tu peux toujours trouver des points communs, mais il faudrait mieux rapprocher leur apparence de robots et notre apparence naturelle. C’est la première chose qui nous sépare : nous avons une manière radicalement opposée de nous présenter aux médias. Pendant longtemps, ils ont rejeté tout ce qui était mainstream, la télé ou la radio, et nous on fait le contraire. Au niveau de la musique, je pense que c’est différent, parce qu’on a tendance à l’oublier, mais les Daft Punk font de la musique plutôt orientée club et pas nous. Il y a tellement de différences. Je pense que c’est plus facile de parler des ressemblances pertinentes : on est des duos français, on a partagé le même manager et j’espère que l’on fait de la musique électronique qui sort des clubs et touche les gens qui n’écoutent pas généralement de musique électronique. Tout le reste c’est des trucs du genre « ouais on porte des vestes noires. Il a les cheveux bouclés comme Thomas. » c’est des comparaisons débiles.

P : Est-ce que vous avez l’impression qu’on vous compare avec d’autres artistes électroniques de manière plus générale ?
X : Oui, mais c’est normal. On ne peut pas en vouloir aux journalistes, parce que leur première mission est de présenter de nouvelles choses. Les Daft sont les plus faciles à rapprocher de Justice. Même nous, quand on essaye de parler de nouvelle musique à des amis, ou quand un journaliste nous demande ce qu’on écoute en ce moment et qu’on répond « Midnight Juggernauts », ils demandent ce que c’est, et on dit « et bien, c’est une sorte de mélange entre David Bowie et Alan Braxe ». On fait le même genre de comparaisons, et je suis sûr que les Midnight Juggernauts diraient qu’ils n’ont rien à voir avec David Bowie et Alan Braxe, mais c’est une manière simple de présenter de nouvelles choses. Je ferai pareil si j’étais journaliste.

P : Vous avez dit que vous ne lisez pas les choses écrites sur vous, est-ce que les critiques vous affectent vraiment ? En êtes vous conscients ?
X : Les critiques ? Oui on en est conscients, mais depuis le début, avant qu’elles n’arrivent…

P : Est-ce que vous vous y êtes préparés ?
X : Oui. On a su qu’on était un groupe vraiment à la mode à Paris dès le début, parce que Pedro est considéré comme l’homme des tendances de Paris. On savait qu’on y serait exposé, donc on a juste essayé d’utiliser cet effet de mode pour nous construire et augmenter notre popularité. On savait aussi que les premiers à nous apprécier deviendraient aussi les premiers à nous détester par la suite. Les gens aiment détruire ce qu’ils ont aidé à construire.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
sarutobikun
Geek Of Nazareth

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 242

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 19:35 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

On en apprend beaucoup dans la partie graphique sur De Rosnay c'est cool !
_____________________________
Mon deviantart-->

http://sarutokun.deviantart.com

Myspace:
http://myspace.com/sarutokun
Revenir en haut
MSN
Omega
Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 38

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 22:11 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

c'est vraiment plus qu'intéressant cette interview !

Alors comme ça ils veulent devenir peintre....ils ont intérêt à rester à la Musique
Revenir en haut
NIPERZ
Geek Of Nazareth

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 206

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 22:30 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

Merci beaucoup pour la traduction ça à dut être bien galére à traduire.
Revenir en haut
x-doobs
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Aoû - 16:53 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

Plus qu'interessant même! D'habitude les interwiews me gavent, mais j'aime leur façon de parler posée et réfléchie, c'est vraiment des bons orateurs...
Revenir en haut
JEsSy
Porteur De Croix

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2008
Messages: 111
Localisation: Yvelines
Masculin

MessagePosté le: Sam 16 Aoû - 18:45 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

A ouais faut rester dans la music non de dieu , qu'es qui nous fait a parler de peinture la !
_____________________________
de Rosnay
Revenir en haut
MSN
marvellous
Justicier Suprême

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 1 340
Masculin

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 19:57 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

JGM heu....je t'aime.
Revenir en haut
Kira
Porteur De Croix

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2007
Messages: 140
Localisation: Strasbourg
Masculin

MessagePosté le: Mar 19 Aoû - 23:29 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

et regardé, le visage de Rosnay....l'argent lui fait acheter + de cigarettes et des produits pas cool et ses joues commence à pourrir (j'ai pas lu l'itw)
_____________________________

Revenir en haut
MSN
Catmilk
Justicier Léger

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 740
Localisation: Dijon
Masculin

MessagePosté le: Mar 19 Aoû - 23:58 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

NIPERZ a écrit:
Merci beaucoup pour la traduction ça à dut être bien galére à traduire.

google
_____________________________
Facebook - Twitter - Blogspot
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jgm
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juin 2007
Messages: 1 797
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mer 20 Aoû - 00:33 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

Google translate a écrit:
Un peu plus d'un an après la sortie de leur premier album †, de la justice sont encore équitation forte, moins en roue libre sur une vague de battage et plus sur le succès qu'ils ont continué à construire dans les quatre ans depuis la première version de «Nous, Are Your Friends », leur remix de Simian" Never Be Alone ". Puis-graphistes, de la justice a perdu un collège remix concurrence avec la voie, mais une introduction à Pedro d'hiver lors d'un dîner partie a conduit à l'éventuelle remix de libération et de leur adhésion à la fois d'hiver de gestion de fichier à côté de Daft Punk et son label, Ed Banger.
Les robots ont récemment avec parted moyens d'hiver, laissant la justice comme son chapiteau agir. Le duo parisien peuvent maintenant choisir leurs projets, récemment à un tournant Madonna Tour support logement (repris par Robyn), ainsi que de nombreux remix demandes. Dans un sol en coulisses, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay siéger avec des cigarettes allumées constamment tout en discutant de leur propre compagnie, la nature de battage - sa capacité d'être aussi exaltante car elle est préjudiciable - la scène musicale française, et Daft Punk comparaisons. Nous avons également obtenir un aperçu de comprendre pourquoi ils ne peuvent plus faire des remix, que ce soit ou non la promesse anneau porte-Disney étoiles Jonas Frères pourrait marquer la Justice propre retour au moyen de Rosnay et du goût pour la peinture de portraits de Scientologie de suivi des célébrités.


En effet la prochaine fois je ferai ça, c'est beaucoup plus marrant.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Catmilk
Justicier Léger

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 740
Localisation: Dijon
Masculin

MessagePosté le: Mer 20 Aoû - 00:40 (2008)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork Répondre en citant

jgm a écrit:

En effet la prochaine fois je ferai ça, c'est beaucoup plus marrant.

Voila comme ça c'est plus claire
_____________________________
Facebook - Twitter - Blogspot
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:57 (2016)    Sujet du message: Interview de Justice par Pitchfork

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> ARCHIVES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  




Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com